Undescribed image

Actualités

Tadjikistan : le numérique au service de la créativité des femmes

Le Tadjikistan est un pays vibrant et riche de ses traditions culturelles et de ses arts populaires uniques. Hélas, le manque d’accès à l’éducation et à des opportunités de développement professionnel, entrave la participation effective des femmes dans les industries créatives et culturelles (ICC). Le projet Digital Arts Academy espère combler cet écart et contribuer à l’égalité des genres en offrant une formation en arts numériques à 24 jeunes femmes du Tadjikistan et de l’Afghanistan. Ce projet est un des lauréats de l’UNESCO | Sabrina Ho initiative « You Are Next » lancé en 2018.

Publié le 10.09.2020

Undescribed image

Mis en œuvre par l’ONG Bactria Cultural Center, Digital Arts Academy a dispensé des cours en ligne portant sur la création numérique, l’animation, le montage photo et vidéo, le codage et la programmation internet, ainsi que l’entrepreneuriat. A l’issue de ces cours en ligne, les participantes se sont retrouvées à Douchanbe, capitale du Tadjikistan, pour un stage intensif avec des formateurs tels que Jama Jurabaev, artiste conceptuel, illustrateur et directeur artistique reconnu et basé à Londres. Ce dernier a ainsi pu partager son expérience dans le cinéma et l’industrie des jeux vidéo.

Le programme a également facilité l’obtention de stage auprès de diverses entreprises afin que les participantes puissent mettre en pratique leur apprentissage. Grâce au partenariat de diverses organisations telles que les stations de télévision et de radio, les start-ups et les agences de design, chacune a pu effectuer un stage de six mois dans leur domaine de prédilection. « A l’issue de leur stage, trois participantes de la première promotion, ont été embauchées dans leur structure de stage. D’autres ont intégré d’autres organisations pour des postes mieux rémunérés » explique Niyoza Ayni, chargée du projet. Preuve de l’impact de ces stages dans la perspective de carrière de ces jeunes femmes.

Avant cette formation, l’art numérique était un domaine hors de portée des jeunes femmes à cause du manque d’informations et d’opportunités. « Je fais partie de ces personnes qui rêvaient d’un monde où les filles pourront se former en arts numériques et informatique. Surtout dans ma communauté où l’environnement ne favorisent pas ce type d’apprentissage. Grâce à ce projet, ce n’est plus un rêve mais bien une réalité » continue la jeune femme.

Undescribed image

L’art numérique en pratique : tirer parti de la créativité pour un avenir meilleur

Afin de pallier au manque flagrant d’opportunités, un mécanisme de subvention a été mis en place pour les diplômées de la Digital Arts Academy afin de soutenir leurs initiatives créatives. A l’issue d’une séance de pitch, cinq projets ont été sélectionnés par un jury. Ces projets, mettant en exergue l’usage de la technologie numérique dans la créativité artistique, se sont ainsi vus accordés une subvention. Ce fut le cas de l’exposition dénonçant les violences domestiques ‘Break the silence’ présentée par Manizha Babakulova et Nasiba Karimova. Les deux jeunes femmes ont exposé des peintures et des portraits numériques de 20 femmes qui ont souffert de violence et qui aujourd’hui sont prêtes à raconter leurs histoires après des années de silence. Outre son aspect artistique, l’exposition a ouvert le débat sur les violences basées sur le genre.

Burkhanova Gulnoza dessine des personnages de fiction depuis son enfance. À la Digital Arts Academy, elle a pu parfaire ses techniques de dessin numérique et donner à ses personnages une nouvelle vie. Avec la subvention, Gulnoza a lancé Pixart – des cours de conception de personnages et d’illustration utilisant Adobe Illustrator. Gulnoza dispense des cours accessibles au grand public et partage ainsi sa passion pour la création numérique. Au cours de ses cours, ses apprentis peuvent manier Adobe Illustrator dans le processus de création de leurs propres personnages. Une fierté pour Gulnoza, toujours fière de partager les œuvres créées par ses élèves, dont le plus jeune n’a que treize ans.

Mais au-delà de la formation en numérique, ces jeunes femmes d’Afghanistan et du Tadjikistan ont aussi gagné en confiance en soi et en indépendance. Un aspect qui reste un des objectifs majeurs de la Digital Arts Academy.